Publicações

livro

Pourquoi étudier le Moyen Âge? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé

O Laboratório de Estudos Medievais (LEME) informa o lançamento, em março de 2012, do livro "Pourquoi étudier le Moyen Âge? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé. Actes du Colloque tenu à l'Université de São Paulo du 7 au 9 mai 2008", dirigido pelo Prof. Dr. Didier Méhu, pela Profa. Dra. Néri de Barros Almeida e pelo Prof. Dr. Marcelo Cândido da Silva.



Sinopse: Le Moyen Âge est l’objet de nombreuses célébrations collectives, tant en Europe que dans des pays qui n’ont aucune relation historique directe avec la société médiévale. Sa présence dans la formation des enseignants d’histoire, comme l’existence d’un corps de médiévistes soigneusement formés font l’objet de remises en cause qui sont fondées, de manière latente ou officielle, sur l’idée de l’inutilité des études médiévales. Par ailleurs, et de manière apparemment contradictoire, la connaissance de la société médiévale est parfois envisagée sous un angle utilitariste, afin de définir les racines de la civilisation occidentale contemporaine. À l’heure où ces attitudes se rencontrent au sein même du monde universitaire, il a semblé nécessaire de réfléchir à leurs présupposés et à leurs conséquences intellectuelles, institutionnelles et sociales. Au-delà de la réflexion sur l’utilité/inutilité de l’histoire, les auteurs de cet ouvrage cherchent à préciser les relations entretenues, consciemment ou non, entre le Moyen Âge et la société et la manière dont elles construisent nos rapports au passé, présent et futur. Ils envisagent également la place des études de la société médievale dans la dynamique des sciences sociales et ses relations avec les attentes du public. Le présent ouvrage est le résultat d’une réflexion collective engagée à l’université de São Paulo en mai 2008 à laquelle ont collaboré des historiens implantés en France, au Brésil, au Canada et en Israël, soit des pays où l’étude de la société médiévale n’a ni le même sens ni la même légitimité.

 

Sobre os autores: Didier Méhu est professeur d’histoire et d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université Laval de Québec (Canada) ; Néri de Barros Almeida est professeur d’histoire médiévale à l’Unicamp (Universidade Estadual de Campinas, Brésil) et Marcelo Cândido da Silva est professeur d’histoire médiévale à l’Universidade de São Paulo, directeur du Laboratório de Estudos Medievais (LEME) et chercheur au Conselho Nacional de Desenvolvento Científico e Tecnológico (CNPq).

 

Mais informações: http://www.univ-paris1.fr/fileadmin/Publi_Sorbonne/vdp_mehu.pdf